GEISHA

LES GEISHA

Qui sont-elles vraiment ?

Pour commencer, le métier de geisha pouvait autant être pratiqué par des hommes que par des femmes.

A l'origine, les geisha maîtrisent plusieurs types d'arts, comme les danses traditionnelles, le chant, la littérature, la poésie, la composition florale ou encore la maîtrise d'instruments traditionnels. En plus de toutes ces compétences, les geisha sont habiles dans l'art de la conversation et disposent d'une grande culture générale.

La première geisha comme nous les connaissons à ce jour était une grande joueuse de shamisen (luth à 3 cordes). Elle s'appelait Kikuya et a vécu aux alentours de 1750 à Fukagawa.

Une profession très codifiée

  • Le maquillage

Les apprentis geisha, que l'on appelle les maiko à Kyoto, arborent un maquillage très prononcé. Le visage est recouvert d'une couche de poudre de riz blanche et les lèvres sont teintées de rouges. Du noir est aussi utilisé pour les yeux et les sourcils.

Les geisha confirmées (les geikos) sont moins contraintes au maquillage. Passé 30 ans, elles le réservent pour les grandes occasions. Le but est de laisser place à la beauté naturelle.

  • L'habillement

Les geisha portent exclusivement le kimono de soie (confectionné à la main et coutant plusieurs milliers d'euros), fermés un obi (une large ceinture se nouant dans le dos).

La forme du nœud varie en fonction de l'âge. Les maiko porteront des couleurs vives avec des motifs et un nœud avec une traîne tandis que les geisha plus âgées porteront un nœud court.

  • La coiffure

Les geisha arborent un chignon traditionnel maintenu par des peignes. Leur coiffure si sophistiquée doit être conservé intacte plusieurs jours. Pour dormir, elles doivent faire reposer leur cou sur un objet dédié (le takamakura) pour que leur tête ne touche pas le sol.

  • L'attitude

Elles ont l'obligation de raffinement à tout instant. Beaucoup d'activité sont donc proscrites, comme faire les courses dans un supermarché, porter des sacs plastiques ou encore manger dans un fast-food.

Une formation de l'enfance à l'âge adulte

Dans le passé, les okasan (femmes gérant les maisons de geisha) achetaient des jeunes filles de moins de 10 ans à des familles pauvres de la campagne. Elles prenaient en charge toute leur éducation jusqu'à l'âge adulte.

Le premiers temps de la formation, les jeunes filles exécutaient les tâches ménagères et assistaient les geishas au quotidien.

Ensuite elles suivaient des cours intensifs sur les différents arts, se spécialisant dans un art précis au fil du temps.

Une fois qu'elles maîtrisaient les différentes spécialités, les maiko complétaient leurs formation en accompagnant une geisha confirmée lors de ses rendez-vous.

Lorsqu'elle était prête, elle accédait au métier de geisha au travers d'une cérémonie de changement de col, erikae. Elle abandonne le col rouge de la maiko pour le col blanc de la geisha.

Aujourd'hui le cursus de formation est plus court, l'âge de début est en moyenne de 17 ou 18 ans et les apprenties doivent souhaiter cette carrière de leur plein gré.

Les revenues de leur activité reviens à leur okiya (maison des geishas) pour payer leur dette liée à leur formation.

Une fois acquitté, elles peuvent soit continuer à travail pour l'okiya ou alors se mettre à leur compte.

Et la prostitution ?

Les geisha ne vendaient et ne pas toujours pas leurs faveurs sexuelles à leurs riches clients.

Au cours de l'histoire, les geisha exercées dans les mêmes quartiers que les prostituées.

Durant la seconde guerre mondiale, de nombreuses geisha ont été envoyé dans les usines pour participer à l'effort de guerre. Dans le même temps, les prostituées se sont inspirées de leur apparence et de leurs manières raffinées afin de gagner les faveurs des soldats américains très friands de cette culture.

Certaines geisha ont aussi basculé dans la prostitution durant la guerre, contribuant à cette confusion.

Enfin le cinéma et la littérature ont beaucoup aidé à propager l'idée.

Jérôme.

Les sushis c'est tous les jours en "Di"

Auray - Pluneret - Carnac - Crach - Ploeren - Plougoumelen - Arradon - Vannes - Bono - Baden - Ploemel - Brech - Plumergat - Grand-Champ - Pluvigner - Sainte-Anne-d'Auray - Loqueltas - Plescop 

Bretagne - Morbihan (56) - Ille et Vilaine (35) - Côte d'Armor (22) - Finistère (29)

© 2020 Umami Sushi